Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 31 décembre 2018

2018, l'année où les Hells Angels ont marqué leur territoire

Publié le

Un membre des Hells Angels
Les Hells Angels ont obtenu une forme de réparation, grâce entre autres à des arrêts de procédures.   Photo : Getty Images / Christopher Furlong

Avec 32 homicides sur le territoire du Service de police de la Ville de Montréal, 2018 n'a pas été une année exceptionnelle sur la scène judiciaire et policière. Elle a été plutôt dans la moyenne. Mais l'année qui se termine a été marquée par le retour en force des Hells Angels dans le crime organisé montréalais.

« L'année 2018 aura été celle où ils ont marqué leur territoire », résume Daniel Renaud, journaliste spécialisé en affaires criminelles à La Presse +.

Selon le journaliste, le mariage du motard Martin Robert dans une salle de bal d’un hôtel luxueux aura sans doute été le plus grand coup d’éclat du groupe dans la dernière année. « Il y avait un peu d’arrogance derrière tout ça. Ils ont montré que c’était eux qui menaient au Québec », ajoute-t-il.

Après des années dans l’ombre, les Hells Angels s’affichent maintenant sans complexe dans un contexte où ils imposent leur influence sur le crime organisé.

Daniel Renaud rappelle que les Hells Angels ont pratiquement tous été arrêtés en 2009 dans la foulée de l’opération SharQc, au moment où la mafia italienne était encore assez forte. Les Hells Angels ont presque été rayés de la carte pendant quelques années, et ceux qui ont tenu le fort durant cette période, c’était leurs anciens ennemis, les Rock Machine.

Aujourd’hui, les groupes de motards criminalisés, la mafia italienne et les gangs de rue travaillent tous ensemble. « [Les liens sont si rapprochés entre les groupes que] les enquêteurs de la police parlent de crime organisé en général et refusent d’attribuer des crimes à différentes souches. »

Bref, pour le journaliste, cette détente dans les relations entre groupes criminalisés est signe qu’il n’y a aura pas de nouvelle guerre entre eux, du moins à court terme.

Chargement en cours