•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gravel le matin

Avec Alain Gravel

Parti populaire du Canada : le « populisme intelligent » de Maxime Bernier

Audio fil du jeudi 27 décembre 2018
Maxime Bernier s’adresse à des militants pendant un rassemblement politique.

Maxime Bernier s’adresse à des militants pendant un rassemblement du Parti populaire du Canada, à Gatineau, le 20 novembre 2018.

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle

Le jeune Parti populaire du Canada a atteint un objectif important avant la fin de l'année 2018 : celui d'être présent dans les 338 circonscriptions électorales du pays sous forme d'associations locales. Le chef Maxime Bernier se réjouit de la popularité de son mouvement, qu'il voit maintenant comme une réelle force politique.

« Ce but a été atteint grâce aux nombreux bénévoles qui partagent les mêmes valeurs que nous à travers le pays. Nous avons réussi en trois mois à faire ce que le Reform Party avait fait, il y a quelques années, en trois ans », indique-t-il.

Parmi les valeurs que le Parti populaire porte, il y a l’abolition du cartel du lait et de la gestion de l’offre, la réduction des seuils d’immigration et la volonté de faire de la politique responsable.

« On fait ce que l’on dit et on dit ce que l’on fait », résume Maxime Bernier. Questionné à savoir si son approche est populiste, le politicien beauceron insiste sur le fait que son parti a une plateforme concrète et qu’il accepte l’étiquette, si l'on précise qu’il s’agit de « populisme intelligent ».

Selon le chef, les mesures de réduction des seuils d’immigration au pays mises de l’avant par le parti plaisent particulièrement aux 33 000 membres de la nouvelle formation politique.

« Le gouvernement du Canada a augmenté de 40 % l’immigration depuis le départ de Stephen Harper, et 49 % des Canadiens veulent un peu moins d’immigrants et un peu plus d’immigrants de nature économique. Notre programme dit en plein cela : revenons à la moyenne que nous avions sous M. Harper, soit de 250 000 par année. »

Invité à revenir sur les circonstances de son départ du Parti conservateur, Maxime Bernier indique qu’il a tenté de faire adopter quelques-unes de ses positions par la direction du parti après sa défaite contre Andrew Scheer.

« Avec 49 % du vote, je pensais que l’establishment du parti allait prendre quelques-unes de nos idées en vue de la prochaine campagne, mais après plusieurs mois, dans une conversation avec M. Scheer [l'été dernier], il m’a dit qu’il trouvait nos idées trop audacieuses, alors j’avais un choix à faire. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Tout un matin

  • Le 15-18

  • Ça s'explique

  • Mêlée politique

  • Flash info