Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 14 décembre 2018

Nos politiciens et l'art du discours de fin d'année

Publié le

Le premier ministre Justin Trudeau présente ses vœux de Noël.
Le premier ministre Justin Trudeau présente ses vœux de Noël.   Photo : Facebook de Justin Trudeau

« Mes chers concitoyens », « Mesdames, messieurs ». Ces mots sont prononcés tous les ans de la bouche de politiciens avant les fêtes de fin d'année. Le chroniqueur Hugo Lavoie s'est plongé dans les archives de Radio-Canada, à la recherche du meilleur et du pire discours.

Si les vœux du temps des Fêtes sont souvent synonymes de bonnes résolutions et de prospérité, ce ne sont pas les politiciens de toutes les époques qui avaient reçu le mémo.

« Ça ne sera pas une année facile », « c’est évidemment une année qui a eu ses gros problèmes », « l’univers continue de vivre dans la fièvre et l’inquiétude », nous disent les politiciens.

Il faut dire que la période de guerre n’était pas des plus joyeuses. En 1941, Adélard Godbout souhaitait ceci aux citoyens :

« La joie coutumière des Fêtes est traversée de bien des angoisses, car la paix promise aux hommes de bonnes volontés n'apparaît pas luire sur le monde. En général 1941 soit une année, pour tous, de prospérité, de bonheur et de paix. »

Et à défaut d’être optimiste, il faut aussi faire attention de ne pas trop l’être. Jean Drapeau, en 1961, récitait : « Dans quelques années, les revenus mêmes du stade paieront pour les investissements de sorte que Montréal aura un stade qui n’aura rien coûté aux contribuables de Montréal sous forme de taxe. »

Être plutôt funky et drôles dans leurs discours, voici ce que recommande Hugo Lavoie aux politiciens cette année.

Chargement en cours