Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du jeudi 13 décembre 2018

Anticoncurrentielles, les méthodes d'Amazon?

Publié le

Le fondateur d'Amazon Jeff Bezos lors d'une annonce à Seattle, il est l'homme le plus riche au monde selon Bloomberg.
Le fondateur d'Amazon Jeff Bezos   Photo : The Associated Press / Ted S. Warren

Avez-vous déjà remarqué que les produits n'étaient pas affichés nécessairement au même prix sur les tablettes d'un détaillant et sur son site Internet? Jacques Nantel explique que c'est de plus en plus courant, dans un marché où Amazon change les règles du jeu.

Pour démontrer son point, Jacques Nantel a pris le plus récent livre de Michel Tremblay, Vingt-trois secrets bien gardés, et en a étudié les différents prix de vente.

Chez Renaud Bray, il se vend 14,95 $. Même chose sur le site Internet du géant libraire. Parfois, le produit en magasin est légèrement plus cher, mais ce n’était pas le cas ici.

« Si vous allez sur Amazon et que vous l’achetez de Renaud-Bray, il revient à 14,20 $. Et si vous l’achetez directement d’Amazon, lui il vous le vend 13,46 $ », explique le professeur de marketing à HEC Montréal. C’est aussi sans compter que le libraire qui vend sur Amazon doit payer une commission au géant américain d’environ 7 %.

La raison de cette disparité? C’est tout simplement qu’Amazon force les commerçants à baisser leurs prix.

« Ils ont des moteurs de recherche qui [balaient] le web, et s’ils trouvent un prix plus bas que ce que vous essayez de vendre sur leur site, Amazon ajustera votre prix à la baisse, mais en conservant la même marge. »

C’est une stratégie nommée le MAP pricing, en anglais. MAP est un acronyme signifiant « minimal advertised price », ou « plus bas prix annoncé ».

Si on revient à notre livre de Michel Tremblay, c’est donc dire que la part de profit de Renaud-Bray et de l’éditeur du livre sera réduite par Amazon.

En gros, ça veut dire qu’Amazon est en train de supprimer la concurrence.

Ce phénomène s’observe aussi ailleurs que dans le domaine du livre et deviendra de plus en plus répandu, jusqu’à entraîner une baisse généralisée des prix.

Chargement en cours