Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 10 décembre 2018

Un Super C au marché Saint-Jacques : un moindre mal

Publié le

Épicerie Super C à Chicoutimi
Épicerie Super C à Chicoutimi   Photo : Radio-Canada

Après plusieurs tentatives de revitalisation, le marché Saint-Jacques pourrait être reconverti en une épicerie Super C aux coins des rues Ontario et Amherst. Une option intéressante pour le promoteur, et une solution qui se veut un moindre mal pour l'arrondissement, croit Marc-André Carignan.

« Des maisons de ville ont été bâties aux étages supérieurs, et l'on avait essayé, en 2013, d’installer une boucherie, une épicerie fine, une boulangerie, pour garder une certaine forme d’accès public, mais ça s’est soldé par un échec : l’édifice est aujourd’hui encore presque vide. »

Super C est une bannière bon marché, et son arrivée dans le quartier centre-sud pourrait répondre à certains besoins.

« Ce n’est pas un quartier très riche, il y a des poches de pauvreté et des déserts alimentaires dans ce secteur, c’est-à-dire qu’il y a des zones où c’est plus difficile d’acheter des produits frais. Avec une épicerie qui n’est pas une épicerie fine, comme ce qu’il y avait ces dernières années, il y aura sans doute davantage d’harmonie avec le secteur. »

Marc-André Carignan explique que de laisser un bâtiment patrimonial vide dans l’attente d’un nouveau plan de reconversion n’est jamais la meilleure solution. Mais il faut que la construction respecte le patrimoine architectural du marché, qui a été aménagé à la même époque que les marchés Jean-Talon et Atwater. Il souligne que son architecture de type art déco a aussi une valeur architecturale qu’il serait déplorable de perdre.

« Souvent avec ces grandes bannières, il y a une manière assez uniforme d’afficher les enseignes, qu’on soit au Dix30 ou au centre-ville de Montréal. Il faut donc que le promoteur fasse un effort d’intégration. »

Marc-André Carignan confirme que, du côté de l’arrondissement, on prend la situation au sérieux. Le promoteur a d’ailleurs déjà été renvoyé à la table à dessin pour revoir sa stratégie d’affichage commercial.

Chargement en cours