Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 3 décembre 2018

Gaz à effet de serre : plus qu'un « show de boucane », le plan de Valérie Plante?

Publié le

Fumée s'échappant d'une cheminée industrielle
Fumée s'échappant d'une cheminée industrielle   Photo : Unsplash / veeterzy

La mairesse de Montréal présente aujourd'hui des partenariats qui mèneront à un plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Marc-André Carignan attendra toutefois des actions concrètes avant de juger cette annonce qui sera certainement qualifiée de « show de boucane » politique par les détracteurs de Projet Montréal.

Cette annonce sera faite en marge de la 24e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, qui bat son plein en Pologne.

Dans les grandes lignes, Valérie Plante présentera des partenariats qui permettront à Montréal de réduire considérablement ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

Marc-André Carignan mentionne que 2030, c’est un délai très court pour enclencher le processus et parvenir à des résultats.

Comment faire pour y arriver? Il y a les mesures en transports collectifs qui sont déjà en chantier, mais ces objectifs impliquent aussi du verdissement : aménager davantage de parcs et d’espaces verts et aller de l’avant avec les usines de biométhanisation.

Marc-André Carignan croit qu'il faudrait aussi imposer des règlements pour l’aménagement de toitures vertes sur les nouvelles constructions. À Toronto, des normes du genre sont déjà en vigueur, et Vancouver emboîte également le pas.

Le chroniqueur indique que le plan de la Ville est ambitieux, mais qu’il répond néanmoins à l’urgence d’agir en matière de pollution atmosphérique.

Le Québec a connu une augmentation de 52 % de ses émissions des gaz à effet de serre dans le domaine des transports routiers depuis les années 90.

« Les municipalités ont une responsabilité, quand on pense aux maires qui demandent des parachèvements, des prolongements d’autoroutes et un troisième lien comme à Québec. »

Le chroniqueur rappelle qu'il y a 40 ans, nous étions dans une autre réalité. « Mais là, il y a l’urgence climatique qui nous force à reconsidérer ces projets. » Les maires devraient refuser ces projets de parachèvement et de prolongements lorsqu’ils leur sont présentés par le gouvernement, croit le chroniqueur.

Le plan de Valérie Plante prévoit aussi de faire de Montréal une ville carboneutre d’ici 2050.

Chargement en cours