Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 6 novembre 2018

Débrancher son téléphone pour mieux se reconnecter avec le monde

Publié le

Une image montrant un téléphone intelligent dans lequel se tient un personnage qui s'agrippe à des barreaux de prison.
La tendance actuelle est à la déconnexion, dans le monde de la techno, et même les grands fabricants d'appareils l'ont compris.   Photo : iStock

Le Défi 5@8 invite les Québécois à éteindre leur téléphone intelligent et à fermer leurs écrans de 17 à 20 h, tous les soirs jusqu'à dimanche, pour les sensibiliser à la cyberdépendance. Vincent Graton et Marie Grégoire relèveront le défi en mettant de côté leur « machinette » respective.

L’objectif est de vivre un moment humain sans l’entremise des réseaux sociaux, moment qui ne sera pas médiatisé sur un écran.

On est constamment en interaction avec des amis au moyen d'un téléphone, déplore Marie Grégoire. « Il y a une entreprise à Boston qui doit maintenant donner des cours à ses jeunes employés pour qu’ils apprennent à garder le contact visuel lors d’une conversation. »

Il s'agit d'un signe alarmant selon les chroniqueurs, qui s’inquiètent des effets sur le corps, sur la posture notamment, et sur les relations interpersonnelles du fait de toujours avoir un téléphone à la main. « Il faut mettre sa machinette de côté et interagir avec les autres autrement que par la machinette », insiste Marie Grégoire.

Vincent Graton ajoute que non seulement on a les yeux rivés sur notre téléphone, mais nous le configurons pour qu’il émette des sons pour nous avertir de la réception de messages.

« Un rabais sur les billets d’avion? Ding ding! Un commentaire Twitter? Ding ding! Un courriel qui rentre? Ding ding! Et à force d’entendre ding ding, on devient ding ding », dit-il.

Pas moins de 89 % des étudiants américains disent d’ailleurs ressentir des vibrations fantômes en provenance de leur téléphone. Avouez que vous avez déjà ressenti une telle fausse alerte? Relèverez-vous le Défi 5@8.

Chargement en cours