Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 22 octobre 2018

Environnement et transports : les contradictions de la CAQ

Publié le

Le projet total prévoit l'ajout d'une voie, en direction sud, entre la rue de la Faune et le boulevard Louis-XIV.
Le projet total prévoit l'ajout d'une voie, en direction sud, entre la rue de la Faune et le boulevard Louis-XIV.   Photo : Radio-Canada/Jean-François Nadeau

Le premier ministre François Legault a convenu avoir négligé la question environnementale durant la campagne électorale et s'est dit préoccupé par les changements climatiques. Selon Marc-André Carignan, son nouveau ministre des Transports semble toutefois arriver à une autre conclusion.

« On veut être un gouvernement au service des citoyens et on doit penser aux automobilistes avant toute chose », a mentionné François Bonnardel à la suite de son assermentation.

Une déclaration que le chroniqueur juge curieuse. « L’automobiliste d’abord? À écouter M. Bonnardel, on a l’impression que ça n’a pas été le cas dans les 50 dernières années. »

Marc-André Carignan convient qu’il faut bien laisser la chance au coureur, et que M. Bonnardel n’est pas ministre depuis une semaine encore, mais il s’explique mal ce double discours de la Coalition avenir Québec.

« La principale source de pollution de l’Atmosphère, au Québec, c’est les transports. Alors si le gouvernement de M. Legault veut être pris au sérieux quand il parle d’environnement et de changements climatiques, il doit s’attaquer aux transports, parler de mobilité durable et de transport actif pour réduire l’auto solo. »

Avec les projets d’élargissement et de prolongement d’autoroutes et celui du troisième lien à Québec, on a l’impression qu’il y a contraction dans le discours du gouvernement, insiste le chroniqueur.

Chargement en cours