Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 11 octobre 2018

Google largue son réseau social

Publié le

Chronique techno de Matthieu Dugal : Google+ et la sécurité
Photo : Google

Dites adieu aux +1, Google+ sera débranché dans les prochains mois. Google en a fait l'annonce cette semaine après que le Wall Street Journal eut révélé qu'une faille de sécurité du réseau social avait compromis les données personnelles d'au moins 500 000 utilisateurs.

Les informations qui étaient potentiellement accessibles étaient quand même limitées : le nom, l’adresse de messagerie, l’emploi, l’âge et le sexe des utilisateurs. Mais ces informations pouvaient dans certains cas être privées et auraient pu être exposées à 434 applications tierces sans que l’utilisateur ne le sache.

La faille de Google+ était exploitée de la même manière que celle créée par des pirates russes pour obtenir des renseignements sur les utilisateurs de Facebook. Or, Google ne conserve que deux semaines d’activités dans ses serveurs.

« Dans le pire des cas, c’est comme si vous aviez laissé votre porte débarrée, que vous saviez que quelqu’un était entré sans avoir trouvé autre chose que des informations non compromettantes », illustre Matthieu Dugal.

Faut-il donc conclure que Google a de mauvaises pratiques en matière de protection des renseignements personnels de ses utilisateurs? Pas vraiment, tranche l’animateur de Moteur de recherche. Tout au plus, on peut dire que le géant américain a fait preuve de laxisme.

« Des brèches comme celles-là, il y en a partout, dans tous les programmes. Il faut noter aussi qu’une brèche prend en moyenne 254 jours pour être découverte et refermée », explique Matthieu Dugal. La faille de Google+ aurait toutefois été exploitée pendant trois ans, selon les informations publiées par le Wall Street Journal.

Et Google+ dans tout ça? Peu de gens pleureront la disparition de ce réseau social, qui n’a jamais vraiment su intéresser les internautes depuis sa création en 2011 pour concurrencer Facebook.

Google a dévoilé que 90 % des connexions à son réseau social duraient moins de cinq secondes.

Chargement en cours