Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 13 septembre 2018

Apple : visibilité disproportionnée pour une marque de luxe

Publié le

Une photo montrant un écran sur lequel est affiché un iPhone X et devant lequel sont disposés des tabourets cubiques et des ballons.
L'iPhone X devrait avoir inspiré le design des nouveaux téléphones qui sont attendus mercredi.   Photo : Reuters / Elijah Nouvelage

Apple a dévoilé, hier, trois nouveaux modèles d'iPhone dans une conférence de presse courue. L'entreprise californienne poursuit son évolution vers des produits haut de gamme et continue d'exploiter une visibilité médiatique disproportionnée, selon le chroniqueur Matthieu Dugal.

« Depuis plusieurs années, Apple ne se positionne plus comme une marque de technologie, mais bien comme une marque de luxe. »

L'iPhone est maintenant aux téléphones ce que Vuiton est aux sacs à main. Avoir en tout temps un outil si performant en main pour gérer son compte Twitter, c’est l’équivalent d’aller reconduire ses enfants à la garderie en Maserati.

En 2016, Apple représentait 14,5 % des parts de marché des téléphones cellulaires, mais 79 % des profits de l’industrie. Ses marges bénéficiaires se chiffrent dans la catégorie de celles de Ferrari. « Ne vous demandez pas pourquoi ils sont rendus à 1000 milliards en valorisation boursière. »

A-t-on besoin d’un téléphone doté d’une puce pouvant effectuer 5 trillions d’opérations à la seconde pour gérer notre Twitter? Poser la question, c’est y répondre.

Matthieu Dugal rappelle que le film Tangerine, paru en 2015, a été entièrement tourné avec un iPhone 5, soit cinq générations avant le iPhone X, dont Apple a dévoilé hier trois nouvelles versions.

Une compagnie en mutation

Apple fabrique de bons téléphones, mais la compagnie ne révolutionne plus rien. « On n’est pas en 2007, quand on a lancé les premières itérations de l’iPhone, on n’est plus à l’ère de Steve Jobs non plus. Le nouvel iPhone est à peu près la même chose, en gros et en plus cher que les précédents. »

Apple est aussi de plus en plus critiquée par bon nombre d’organismes environnementaux pour son recours à l’obsolescence programmée.

« L'iPhone a reçu une note de D par Greenpeace, car il est très difficile à recycler et que, si une pièce brise sur votre téléphone, bonne chance pour la remplacer! »

Et à près de 2000 $ pour l'iPhone XS Max, Matthieu Dugal préfère s’abstenir.

Chargement en cours