Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 10 septembre 2018

Vers des prix Citron en architecture à Montréal?

Publié le

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM)
Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM)   Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Au Royaume-Uni, le magazine Building Design honore, ou plutôt déshonore des laideurs architecturales qui « défigurent le paysage ». Devrait-on les imiter? Le chroniqueur municipal Marc-André Carignan fait le tour de la question et s'imagine remettre à son tour des prix Citron à certains bâtiments du Grand Montréal.

Le lauréat du prix Citron 2018 du magazine britannique est d’ailleurs un édifice commercial qui rappelle le Centre universitaire de santé McGill (CUSM), remarque Marc-André Carignan. Fort critiquée, cette structure à l’architecture douteuse n'est pas la seule à avoir vu le jour dans la région de la métropole. À commencer par le Colossus, à Laval.

« Ça ne se peut pas que quelqu’un ait laissé aller ça. D’ailleurs, la Ville de Laval a voté un règlement pour éviter que ce genre de bâtiment se reproduise dans le paysage », raconte le chroniqueur.

Il désigne également l’Îlot Voyageur. Le projet immobilier récemment repris par la Ville de Montréal est loin d’être à la hauteur de sa voisine, la Grande bibliothèque.

Des critères objectifs?

Il faut tout de même se rappeler que la tour Eiffel était décriée pendant sa construction. Pourtant, elle est aujourd’hui un des emblèmes parisiens. L’objectif d’attribuer des prix Citron est plutôt de susciter un débat et une réflexion, avance Marc-André Carignan.

Les autorités publiques (ville, municipalités, gouvernements) y repenseraient à deux fois avant d’accepter « des projets sans queue ni tête » pour renflouer leurs coffres, et créer un tel système pourrait aussi augmenter la pression sur les développeurs immobiliers, croit Marc-André Carignan. Ces derniers redoubleraient d’efforts pour ne pas recevoir un prix Citron. Les architectes ressentiraient à leur tour la responsabilité sociale de se surpasser pour s’assurer du legs aux futures générations, ajoute-t-il.

Des prix Citron déjà attribués

Une telle initiative a déjà existé à Montréal. En 1970, l’organisme Sauvons Montréal attribuait des prix Citron de concert avec Héritage Montréal. Ils avaient notamment critiqué l’ancien Institut de tourisme et d'hôtellerie de Montréal (ITHQ), un bâtiment aujourd’hui disparu, et le Musée d’art contemporain (MAC), qui connaîtra des modifications majeures au cours des prochains mois.

La façon dont on développe nos villes, c’est un reflet de nous-mêmes, des aspirations de notre société. Au Québec, on s’est habitués à une certaine forme de banalité avec les années qui s’est généralisée dans notre paysage urbain avec la culture du plus bas soumissionnaire, alors que l’architecture devrait être une fierté, un pilier de notre expression culturelle, au même titre que le cinéma, la musique et l’art.

Marc-André Carignan

Ce qu’en pensent les internautes

Le pavillon PK de l’Université du Québec à Montréal, dans le quartier des Spectacles, ressemble à « un gros bateau d’un jaune beige douteux. [...] Une chance qu’il y a, en soirée, des projections sur sa façade pour camoufler cette horreur », écrit Marilaine Bolduc-Jacob.

Pour Marc-Olivier Mailhot, c’est le concessionnaire Audi d’Anjou qui mériterait un prix Citron : « Un énorme bloc gris, sans couleur, sans âme, de plusieurs étages de haut, le long de l'autoroute 40. »

Parmi les internautes, plusieurs parlent de la nouvelle Place Bell, à Laval, et le Campus MIL, actuellement en construction dans le quartier Outremont.

Chargement en cours