Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 21 mai 2018

Un centre d’interprétation inspiré par les patriotes à Saint-Eustache

Publié le

Une dizaine de personnes sont réunies dans un parc. À l'avant-plan, un homme tient un grand drapeau aux couleurs des Patriotes.
La Journée nationale des Patriotes est dédiée à la mémoire des Patriotes de 1837-1838.   Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Un groupe de citoyens a mis sur pied une fondation pour la création d'un centre d'interprétation sur la démocratie et la citoyenneté inspiré par les actions des patriotes, dans l'église de Saint-Eustache. Le chroniqueur urbain Hugo Lavoie est allé les rencontrer.

Cette église n’est pas un choix anodin pour le groupe, puisqu’elle porte la marque physique d’affrontements entre les patriotes et les Britanniques. Des boulets de canon ont abîmé la pierre à plusieurs endroits.

Selon ce groupe, l’influence des patriotes se fait encore sentir aujourd’hui en démocratie. « Ils voulaient ramener la démocratie au niveau local, et il y a des efforts aujourd’hui qui se font dans ce sens », affirme Jonathan Lemire, un membre de la fondation.

Les patriotes nous ont aussi appris l’importance de se battre contre l’injustice, selon l’avocat André Turmel. « Si une loi est invivable, il faut changer le gouvernement ou attaquer les lois en justice. »

La pire chose que l’on peut faire dans notre société, c’est de tenir pour acquise la démocratie et de se taire.

André Turmel

Le groupe est aussi d’avis que des risques valent la peine d’être pris, une autre leçon léguée par les patriotes.

« La démocratie coûte cher, mais elle vaut ultimement la peine », affirme Jonathan Lemire.

« Quand on veut obtenir quelque chose, il y a un prix à payer, il y a des risques », ajoute Pierre Malette.

Chargement en cours