Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 14 mai 2018

Doit-on préserver les maisons « shoebox »?

Publié le

Prise de vue d'une rue du quartier Rosemont, à Montréal
Au centre, maison de plain-pied, de type « boîte à chaussures », propre à l'architecture montréalaise du 20e siècle.   Photo : Google Street

L'arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie a récemment décrété un moratoire sur la transformation et la démolition des maisons de type « shoebox ». Vestiges de l'époque ouvrière, ces maisons détonnent dans le paysage actuel, composé de multiplex, et la question de leur préservation est au cœur de débats, selon le chroniqueur Marc-André Carignan.

Marc-André Carignan plaide pour la création d'un système de catégorisation pour ce type de maisons afin de pouvoir déterminer plus clairement lesquelles devraient être préservées et lesquelles peuvent être détruites.

Ces maisons de forme rectangulaire, à un étage et avec une toiture plate se trouvent partout sur l’île de Montréal. Elles sont souvent en mauvaise condition, selon Marc-André Carignan.

Le terrain vaut souvent plus cher que la maison, souligne-t-il. Les maisons ne correspondent pas aux besoins et aux goûts des familles d’aujourd’hui. Celles-ci cherchent donc à les démolir pour profiter des terrains.

Environ 2 demandes de démolition par mois sont faites à l’arrondissement, soit environ 24 par année pour 572 maisons existantes.

Chargement en cours