Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 17 avril 2018

Obliger l’embauche de femmes n’est pas la solution, affirme Lorraine Pintal

Publié le

Les influenceurs : Lorraine Pintal
Photo : Radio-Canada

La directrice du Théâtre du Nouveau Monde, Lorraine Pintal, est contre l'instauration de quotas dans le domaine culturel et prône plutôt une approche à long terme pour que les femmes y trouvent leur place.

Je me sens extrêmement mal placée, comme directrice artistique, d’imposer à un créateur de travailler avec quelqu’un avec qui il n’a pas envie de travailler, que ce soit un homme ou une femme.

Lorraine Pintal

Elle reconnaît d’emblée que les femmes sont très compétentes et qu’il faut leur trouver une place, mais refuse qu’on accuse les directions de théâtre de ne pas être là où l'on voudrait idéalement être lorsqu'il est question du ratio homme/femme. « C’est un processus lent, il n’est pas spontané, alors il faut prendre le temps de bien le mûrir. »

Elle invite les femmes à proposer plus de projets, puisque « la femme entrepreneure n’est pas nécessairement celle qui va proposer le plus de projets ».

Équité vs parité

Lorraine Pintal préfère l’utilisation du mot équité à celui de parité dans le débat pour tailler une place aux femmes dans le domaine culturel.

L’équité, c’est l’égalité des chances.

Lorraine Pintal

Elle souligne que l’on vit dans un monde de compétition, peu importe le domaine. Des pressions sont nécessaires pour que la parole et la présence des femmes soient encouragées et qu’elles puissent avoir une influence notable, selon elle.

Les statistiques pures et dures de l’évaluation de la parité la rebutent. « J’ai l’impression d’être à la petite école et d’être surveillée pour voir si je réponds aux critères de parité. [...] On est dans une société où l'on met tout dans des cases et on les juge », explique Mme Pintal.

Chargement en cours