•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Louis-Jean Cormier au coeur d’un débat sur la parité hommes-femmes

Gravel le matin

Avec Alain Gravel

Louis-Jean Cormier au coeur d’un débat sur la parité hommes-femmes

Audio fil du lundi 12 mars 2018
Louis-Jean Cormier au micro de Catherine Perrin

Louis-Jean Cormier

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

L'auteur-compositeur-interprète Louis-Jean Cormier s'est retrouvé dans un débat sur la parité hommes-femmes le week-end dernier, rapporte Katerine Verebely, chroniqueuse culturelle à Gravel le matin.

Interviewé par La Presse +, Louis-Jean Cormier s’est prononcé sur la parité hommes-femmes dans les grands festivals. « A priori, je suis contre. Je veux qu’on fasse passer l’art avant le sexe. J’ai de la misère à défaire mon focus de l’art et du talent. Si on fait tout 50-50, j’ai peur que ça donne des programmations grises », a dit l’artiste, dont les propos sont rapportés par la journaliste Josée Lapointe.

Katerine Verebely croit que c’est la deuxième portion de la réponse de Louis-Jean Cormier qui a fait réagir. « Du côté de la technique, je veux avoir la meilleure équipe possible, mais on n’est pas proche de l’équité parce que les techniciennes n’ont pas beaucoup d’expérience », a dit Louis-Jean Cormier.

Ça a fait réagir. Louis-Jean Cormier n’a pas la réputation dans le milieu de la musique d’être celui qui n’offre pas beaucoup de place aux femmes ou de tenir des propos misogynes. Il a fait un mea culpa assez rapidement sur Facebook. Certains ont critiqué qu’il ait senti le besoin de s’excuser, des excuses sincères et distinctes.

Katerine Verebely

Sur sa page Facebook, Louis-Jean Cormier a publié ces excuses.

La parution de l’article de La Presse a fait réagir des femmes du domaine artistique, dont Laurence Nerbonne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi