Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 15 février 2018

Les excréments humains utilisés comme médicament

Publié le

Un homme est assis sur une toilette.
Un homme est assis sur une toilette.   Photo : Getty Images / wernerimages

Après l'or noir et l'or bleu, voici l'or brun. Le magazine Québec Science a publié jeudi un dossier sur les excréments où on apprend qu'on utilise des selles humaines pour guérir de nombreuses maladies, dont les infections à la bactérie Clostridium difficile (C. difficile).

« Les excréments nous dégoûtent. Mais, pour les chercheurs, ce sont des trésors. Plongez avec eux au fond de la cuvette! » écrit Québec Science en page frontispice de son numéro de mars 2018.

Dans l’un des articles rapportés en ondes par Marie-France Bélanger, chroniqueuse à la revue des médias de Gravel le matin, on y apprend que la greffe de matières fécales fait des miracles dans les hôpitaux contre la bactérie C. difficile.

S’ils n’ont pas une bonne réputation, les excréments comptent de bonnes bactéries. Si bien que lors d’une greffe de matières fécales, les selles d’un donneur sain sont injectées dans le tube digestif du malade par sonde nasale ou par coloscopie.

Ce traitement, qui provient d’une pratique ancestrale, a pris son envol en 2013 après la publication d’une étude aux résultats prometteurs. L’efficacité de la greffe de matières fécales dans le traitement du C. difficile est telle que l’étude parle d’un taux de guérison des malades se situant entre 80 et 90 %.

Au Québec, certains hôpitaux pratiquent la greffe des matières fécales, mais le nombre de personnes ayant bénéficié de ce traitement est inconnu.

L’utilisation des selles à titre de médicaments pourrait être élargie. Des chercheurs envisagent d’utiliser ce type de greffe pour traiter d’autres troubles, tels que l’autisme, l’alzheimer et l’obésité.

Chargement en cours