Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 13 décembre 2017

Il y a 100 ans, des femmes canadiennes votaient pour la première fois

Publié le

Des infirmières canadiennes votent dans un camp en France, durant la guerre, en 1917.
Des infirmières canadiennes votent dans un camp en France, durant la guerre, en 1917.   Photo : Archives Canada/William Rider-Rider

Le 17 décembre 1917, c'était la première fois que des femmes votaient officiellement pour les élections fédérales au Canada. C'était l'idée du premier ministre Robert Borden, qui voulait des votes pour appuyer sa réélection et indirectement la conscription.

Borden décide de donner le droit de vote aux femmes qui ont un militaire dans leur famille ou aux infirmières militaires, donc aux femmes qui voulaient du renfort.

Le chroniqueur Hugo Lavoie

M. Borden croyait donc donner le droit de vote aux femmes qui auraient pu être en faveur de la conscription, un enjeu majeur des élections. Son adversaire, le libéral Wilfrid Laurier, était contre.

Un des opposants notoires au droit de vote des femmes, Henri Bourassa, écrivait dans le journal Le Devoir : « La principale fonction de la femme est et restera — quoi que disent et quoi que fassent, ou ne fassent pas, les suffragettes — la maternité, la sainte et féconde maternité qui fait véritablement de la femme l'égale de l'homme. »

L’une des femmes ayant exercé son droit de vote en 1917, Alice M. S. Lighthall, était une infirmière volontaire au front. Également poète, elle a publié un recueil dont il n’existe que deux exemplaires au Canada. Dans la préface d’un recueil de témoignages et de souvenirs de la guerre, elle transmet ces mots de sagesse aux générations futures.

« Alors que la guerre faisait rage, il est devenu nécessaire pour les femmes de prendre la place des hommes. Elles ont appris à conduire des ambulances, à accomplir toutes sortes de réparations mécaniques et mille et une autres tâches civiles. Tout ce travail a substantiellement changé le statut des femmes. Des droits nous ont été tacitement accordés, qui nous étaient jusqu’à maintenant refusés. C’est quelque chose dont il faut se souvenir. Certaines d’entre nous peuvent témoigner que nous avons voté pour une première fois en France et dans notre plein droit, en tant que femmes en service actif. De notre travail sont nés quelques éléments de votre liberté. Nous avons emprunté ce chemin avant vous et connaissons nos repères. Nous savons toutefois aussi que la même flamme qui a éclairé notre route sera là pour éclairer la vôtre. »

C’est l’année suivante, en 1918, que le droit de vote à l'échelle fédérale sera formellement accordé aux femmes blanches et noires, ces dernières n’ayant pas été explicitement écartées par le gouvernement.

Les Autochtones et les Asiatiques n’obtiendront le droit de vote au Canada que bien des années plus tard.

Chargement en cours