Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 1 décembre 2017

Un calendrier de l’avent signé Catherine Ethier

Publié le

Un calendrier de l'avent
Un calendrier de l'avent   Photo : iStock / gwenael le vot

La frénésie des Fêtes s'empare de Catherine Ethier. Qui dit 1er décembre dit « autorisation officielle d'ouvrir la toute première porte du calendrier de l'avent ». Elle propose donc une première chronique d'une emballante série de quatre sous le thème festif du calendrier de l'avent.

Pour ce premier segment, Catherine Ethier propose d’oublier le mot « calories », synonyme de culpabilité et d’autoflagellation devant l’abondance. « Un mot du diable qui commence à hanter le vocabulaire des Fêtes des gens que j’aime », lance Catherine Ethier.

Dès que le temps des Fêtes arrive, les buffets de Noël, les potlucks, les grandes pyramides de Ferrero Rocher dans les réceptions princières à la télé… On dirait qu’on devient un peu stressés le moment venu de manipuler la braoule de salade de macaroni, avec l’impression soudaine que tout le monde nous regarde en disant : “Regarde la cochonne qui se sert plus que l’équivalent d’un jeu de cartes de féculents; cachez les Timbits pis la chopine de gravy parce que ça ne sera pas beau tantôt!

Catherine Ethier

Mais où est le plaisir dans ce cas? Catherine Ethier propose de réviser notre vocabulaire.

Quand on se dévalorise pour un bonhomme en pain d’épices, c’est tout le monde autour qui est dévalorisé. Chaque petit commentaire négatif fait son chemin dans le cervelet de ta soeur, de ta petite cousine, de ta voisine de case ou de ta fille et atteint la croupe pour rappeler qu’on se transforme en Gremlin si on mange du poulet après minuit! Y a-t-il moyen de mettre la hache de ce damné folklore de calories vides pis d’enlever ce vocabulaire-là du casseau?

Catherine Ethier

Chargement en cours