Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 18 septembre 2017

Un retraité cerne différents problèmes à Montréal grâce aux données ouvertes

Publié le

À la retraite, Richard Phaneuf s’intéresse aux données ouvertes de la Ville de Montréal.
À la retraite, Richard Phaneuf s’intéresse aux données ouvertes de la Ville de Montréal.   Photo : Radio-Canada / Hugo Lavoie

Richard Phaneuf, un retraité en recherche épidémiologique qui réside dans l'arrondissement Le Plateau-Mont-Royal, s'intéresse aux données ouvertes de la Ville de Montréal. Et avec les visualisations qui en résultent, l'homme cerne différents problèmes qui font de lui un « redoutable supercitoyen ».

Les données ouvertes sont des données brutes rendues disponibles sur le web par l’administration municipale. Les interventions des pompiers, les réparations de nids-de-poule et les déclarations de traitement de punaises de lit figurent parmi les informations accessibles au grand public, explique le chroniqueur urbain Hugo Lavoie.

Généralement, ce sont des journalistes qui font des articles à partir de ça. Des entrepreneurs peuvent aussi faire des études de marché. Ça peut aussi être des geeks.

Hugo Lavoie

Mais ce n’est ni un reporter, ni un passionné de l’informatique, ni un homme d’affaires qu’Hugo Lavoie a récemment rencontré. Il s’agit plutôt d’un retraité en la personne de Richard Phaneuf.

[Juste pour les appels au 311], il y a 1,3 million de lignes de données. Vu que ça ne coûte rien, les gens pensent que ça ne vaut rien.

Richard Phaneuf

Résultats
À l’aide de différents logiciels, dont Microsoft Access et Excel, M. Phaneuf télécharge les données, les traite et en fait une visualisation. Il s’est intéressé aux appels de dénonciation liés aux graffitis haineux au 311.

Il y avait une centaine de graffitis haineux. J’ai fait une carte. J’ai trouvé intrigant que ça se passe surtout le long de l'avenue du Parc.

Richard Phaneuf

M. Phaneuf a concentré sa deuxième recherche sur les dépôts illégaux de déchets sur l’île de Montréal. Sur les 25 000 appels au 311, environ 5000 dénonciations visaient Le Plateau Mont-Royal.

 

Possibilités multiples
L’utilisation des données ouvertes offre de multiples possibilités, avance Hugo Lavoie.
« Elles permettent de se comparer. Si l'on connaît le nombre de subventions aux organismes communautaires dans un secteur par rapport à un autre, on peut savoir que notre secteur est défavorisé, par exemple. Même chose pour les services de loisirs, les piscines et les bibliothèques. Ça permet d’aller revendiquer des choses aux élus avec des chiffres, avec des arguments », conclut Hugo Lavoie.

Chargement en cours