Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 22 août 2017

Les conséquences du commerce électronique sur l’économie sont sous-estimées

Publié le

Le spécialiste du marketing Jacques Nantel
Le spécialiste du marketing Jacques Nantel   Photo : Radio-Canada / Julien Lamoureux

Le Québec est dépassé par la croissance des différentes formes de commerce électronique, et le professeur émérite à HEC Montréal Jacques Nantel croit que les répercussions de ce commerce sur l'économie québécoise sont sous-estimées.

Selon Jacques Nantel, 6 % de la consommation passe par le web au Québec. Ces transactions représentent des ventes annuelles estimées à 7 milliards et ont notamment pour conséquence de forcer la fermeture de certaines boutiques.

Jacques Nantel parle aussi de l’exode de la consommation. La moitié des achats numériques effectués au Québec se font sur des sites principalement américains.

Ça a aussi un impact pernicieux sur la fiscalité. Lorsqu'on achète [sur des sites étrangers], on ne paie pas de taxes. C'est le consommateur qui a le devoir de s'informer et de payer les taxes lui-même. On estime qu’il y a entre 250 et 400 millions de dollars par année [qui échappent au fisc]. Une somme de 400 millions par année, c’est environ 10 000 préposés aux soins dans les hôpitaux. Et cet argent est récurrent, et ce montant va probablement monter rapidement à 500, 600 millions de dollars.

Jacques Nantel
 

Jacques Nantel est l’un des influenceurs de la saison 2017 de Gravel le matin. Le segment des influenceurs est une nouveauté de l’émission : des personnalités influentes issues de différents milieux viennent donner leur opinion sur un sujet d’actualité ou dans l’air du temps et qui leur tient à cœur.

Chargement en cours