Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 14 août 2017

L’effet des vacances dure peu une fois de retour au travail

Publié le

L’effet des vacances perdure peu une fois de retour au travail.
L’effet des vacances perdure peu une fois de retour au travail.   Photo : iStock

Pour sa première chronique de la saison, Hugo Lavoie s'est penché sur les effets du retour au travail après les vacances. Les bienfaits de ces dernières durent peu, ou pas du tout, selon la personnalité de chacun.

Une dizaine d’études existent sur les effets des vacances, souligne Julie Ménard, directrice du Laboratoire d’expertise et de recherche en psychologie et intervention au travail et professeure de psychologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Malheureusement, l’effet des vacances ne dure pas. Il peut disparaître à partir d’une semaine après la fin des vacances. D’autres études ont démontré qu’il pouvait durer un mois. Ce qui fait la différence? La personnalité [des l'individu].

Julie Ménard
Julie Ménard, directrice du Laboratoire d’expertise et de recherche en psychologie et intervention au travail et professeure de psychologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).
Julie Ménard, directrice du Laboratoire d’expertise et de recherche en psychologie et intervention au travail et professeure de psychologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Photo : Radio-Canada/Hugo Lavoie

Pour prolonger les bienfaits des vacances, il faut être moins perfectionniste, ajoute-t-elle.

Il est plus difficile, pour les gens anxieux, d'en profiter.

Julie Ménard

Des conseils
En attendant les prochaines vacances, Julie Ménard propose différentes avenues pour garder ses batteries chargées.

La récupération, ce n’est pas une affaire annuelle, c’est une affaire quotidienne. Il faut prendre un moment d’arrêt chaque jour. Il faut ne rien faire ou faire quelque chose de complètement différent. Par exemple, si on travaille mentalement, on peut faire appel aux ressources physiques, comme des activités sportives et sociales.

Julie Ménard

Le manque de repos peut entraîner des conséquences, dont l’épuisement.

Chargement en cours