Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 17 juin 2019

Concurrence à Bixi : « Ça va faire mal »

Publié le

Un vélo électrique rouge dans un parc.
Des centaines de « Jump » feront leur apparition dans les rues de Montréal au cours des prochaines semaines.   Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

L'arrivée des vélos électriques de la compagnie Jump par Uber dans les rues de Montréal exerce une forte pression sur Bixi. Marc-André Carignan croit que l'entreprise de vélos en libre-service aurait beaucoup à gagner à se renouveler, notamment en misant sur l'électrique.

S’il y a un peu moins d’une décennie on ne retrouvait que quatre ou cinq modèles de vélos électriques en magasin, aujourd’hui, ils sont plus d’une vingtaine. Il n’y a pas à dire, le transport urbain est au cœur d’un changement de dynamique.

« Bixi doit suivre cet engouement, et les villes doivent aussi s’y adapter avec leur réglementation », croit Marc-André Carignan.

Pour le chroniqueur municipal, le débat est à rouvrir quant à ce qui doit être autorisé ou non sur les pistes cyclables.

« Il y a quelques années, on avait le débat pour la planche à roulettes, les longboards, le triporteur, le quadriporteur, le scooter électrique. Maintenant, on ajoute les trottinettes électriques, les vélos électriques, le vélo régulier. Ça fait beaucoup de monde dans les mêmes corridors! », s’exclame-t-il.

  • Trottinette électrique : 25 km/h
  • Vélo ordinaire : 20 km/h
  • Vélo Jump : 32 km/h

« Les pistes cyclables, c’est assez étroit. Si tu veux dépasser quelqu’un, ce n’est pas évident. [...] Ça va demander des conceptions urbaines différentes, des pistes urbaines plus larges, et donc, de retirer davantage de voitures et de motos », indique-t-il.

Or, Marc-André Carignan soulève que l’argumentaire de la mobilité et de la santé publique pour justifier l’élargissement ou encore l’implantation de nouvelles pistes cyclables ne tiendrait plus. L’électrification des vélos et des trottinettes n’encourage pas nécessairement l’exercice physique.

Des gains environnementaux sont toutefois à prévoir pour ceux qui délaisseraient la voiture pour ce type de transport.

Ce qui est certain, c’est que l’arrivée de Jump et d’autres joueurs ne sera pas sans effet sur Bixi.

« Ça va faire mal à Bixi; ce n’est pas une bonne nouvelle. Oui, c’est une marque connue, oui on a un réseau étendu sur l’ensemble de Montréal, mais Uber aussi », conclut-il.

Chargement en cours