Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 12 juin 2019

Quelle est la logique des numéros des lignes d’autobus?

Publié le

Un autobus de la STM circule sur l'avenue Mont-Royal à Montréal, en été.
La ligne 97 sur l'avenue du Mont-Royal, à Montréal   Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

À l'occasion du centième anniversaire des autobus de transport urbain de Montréal célébré cette année, Hugo Lavoie a cherché à connaître la logique derrière la numérotation des lignes d'autobus de la Société de transport de Montréal (STM).

« Il y a des groupes de numéros qui correspondent à certains types de lignes, mais dans le détail, il n’y a pas toujours eu de logique », explique Benoît Clairoux, historien maison de la STM.

Il raconte qu’au début du transport collectif à Montréal, en 1861, on désignait les tramways tirés par des chevaux par le nom de la rue sur laquelle ils circulaient.

Les premiers tramways électriques ont fait leur apparition à Montréal en 1892.
Les premiers tramways ont fait leur apparition à Montréal en 1892.   Photo : Montage de photos du Musée McCord

Les numéros sont apparus en 1923, à l'époque où les lignes de bus créées quelques années plus tôt commençaient à se multiplier.

En 1966, les chiffres 1 à 9 ont été réservés aux lignes du métro, qui venait d'être construit.

Depuis, la STM a adopté une certaine logique dans sa numérotation : les lignes express portent des numéros entre 400 et 499, et celles dans l'Ouest-de-l'Île, entre 200 et 299.

Enfin, certaines lignes historiques, comme la 15 sur la rue Sainte-Catherine, la 55 sur le boulevard Saint-Laurent et la 80 sur l'avenue du Parc, ont toujours porté le même numéro.

Chargement en cours