Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 3 mai 2019

Voie Camillien-Houde : des recommandations qui déçoivent François Cardinal

Publié le

Un vélo blanc accroché à un poteau en bordure de la voie Camillien-Houde.
Comme le veut la coutume, un vélo blanc a été installé là où Clément Ouimet a perdu la vie, en 2017.   Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les discussions autour du transit sur la voie Camillien-Houde ne datent pas d'hier. Déjà trois consultations ont eu lieu à ce jour sur le sujet. François Cardinal, éditorialiste en chef de La Presse, se dit particulièrement déçu des recommandations du dernier rapport.

En 1990, le Bureau de consultation a lancé pour la première fois une consultation. En 2008, l’Office de consultation publique a fait de même. Puis, en 2019, une autre consultation a été tenue à la suite d’un projet-pilote visant la fermeture du transit sur la voie Camillien-Houde.

« La dernière consultation est la moins audacieuse des trois, affirme François Cardinal. En 1990, déjà, on recommandait d’interdire le transit sur la montagne. C’était il y a 30 ans. En 2008, on disait qu’il fallait détourner le transit pour apaiser la circulation sur le mont Royal. Et là, en 2019, on arrive avec un rapport où il n’y a rien de tout ça », explique l’éditorialiste.

Parmi les recommandations de la dernière consultation, il est suggéré de maintenir la circulation automobile et de revoir l’aménagement de la voie pour en faire un chemin de plaisance.

« Nulle part on ne recommande de réduire le nombre de voitures sur la montagne », se désole-t-il.

Les deux conclusions, soit que le projet pilote n’a pas eu l'effet escompté en raison de l’achalandage créé dans les quartiers autour de la montagne, et l’absence d’acceptabilité sociale autour du projet, ne tiennent pas la route pour l’éditorialiste.

« Ça prend plus que cinq mois [de projet-pilote] aux automobilistes pour revoir leurs habitudes et leurs déplacements. Même chose pour les usagers de la montagne. Ce n’est pas en cinq mois qu’on se découvre un amour pour l’autobus qui circule sur Camillien-Houde », croit-il.

François Cardinal est donc remonté à la source et a consulté le rapport brut de la firme de consultation qui a été mandatée. Voici quelques points de ce dernier :

Rapport de la firme de consultation

  • Baisse radicale de la circulation
  • Transformation positive de l’ambiance sur Camillien-Houde
  • Amélioration de la quiétude et du confort des usagers vulnérables
  • Diminution de la congestion et des gaz à effet de serre

Pour François Cardinal, ces points ne peuvent être qualifiés d’échecs.

« Il faut qu’on se rappelle que le mont Royal, c’est le joyau naturel de Montréal. C’est censé être le sommet, le pinacle de verdure de la métropole. Donc, à mes yeux, il ne faut pas qu’il y ait de transit », plaide-t-il.

Chargement en cours