Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 30 avril 2019

Les influenceurs influencent-ils vraiment?

Publié le

Chronique consommation avec Jacques Nantel : L'influence des influenceurs

Les influenceurs sont de plus en plus présents dans notre paysage social. Jacques Nantel note toutefois que, selon plusieurs spécialistes de marketing, l'influence de ces vedettes des réseaux sociaux sera décroissante dans les prochaines années.

Dans ce qui pourrait être un cours express de marketing 101, le professeur émérite à HEC Montréal rappelle que le marketing le plus efficace est le marketing un à un : c’est le principe du bouche-à-oreille.

Les influenceurs sont au courant de cette technique, et c’est sur ce lien de proximité entre eux et leur public que se joue leur influence.

Jacques Nantel explique que les consommateurs vont accepter les recommandations d’une personne qu’ils jugent crédible et qui fait ladite recommandation de bonne foi. Or, comme les influenceurs sont payés pour promouvoir un produit ou une activité, les consommateurs se rendent compte qu’il s’agit d’une publicité et que, par conséquent, ils s’en trouveront moins influencés.

Le chroniqueur ajoute que l’influence est plus efficace lorsqu’il y a un nombre restreint de personnes qui détiennent une information. C’est le principe de la rumeur.

Ainsi, plus le produit présenté par les influenceurs est rare, plus l’expérience promue est unique, plus l’influence sera grande.
« La rumeur est une monnaie d’échange et réussit à capter l’intérêt. Mais si tout le monde a la même information, la rumeur n’existe plus », résume Jacques Nantel.

Le chroniqueur conclut qu’en vertu de ces deux principes de base de marketing, l’influence sur le web aura tendance à décroître.

« La beauté du web, c’est qu’on peut tout mesurer. Or, les mesures démontrent qu’il n’y a pas de lien de cause à effet entre l’influence et la consommation. »

Chargement en cours