Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 17 avril 2019

Élections en Alberta : Jason Kenney déloge la dernière première ministre au pays

Publié le

Jason Kenney lève le bras pour saluer ses partisans.
Le chef du Parti conservateur uni, Jason Kenney, salue ses partisans réunis à son quartier général électoral à Calgary après sa victoire aux élections du 16 avril 2019.   Photo : Reuters / Chris Wattie

En 2013, les quatre plus importantes provinces du Canada avaient à leur tête une première ministre. Avec l'élection mardi de Jason Kenney en Alberta, les provinces sont maintenant toutes dirigées par des hommes.

« Il n’y a pas beaucoup de différences entre la photo de famille de 1956 et celle d’aujourd’hui », déplore Chantal Hébert.

Dans la défaite, la première ministre sortante de l'Alberta, Rachel Notley, a annoncé qu’elle resterait en poste pour assurer la fonction de chef de l’opposition. La chroniqueuse estime toutefois qu’au moment venu, la politicienne pourrait faire le saut sur la scène fédérale.

« C’est selon moi une des femmes les plus efficaces en politique. Elle n’a pas d’avenir au sein de la famille néo-démocrate, mais il y a beaucoup de gens qui pensent que, comme Bob Rae, si elle devait apparaître sur la scène fédérale, ça serait plus vraisemblablement au sein de la mouvance libérale. »

Chantal Hébert rappelle que parmi les 11 femmes qui ont été premières ministres au pays, aucune n’a réussi à se faire réélire pour un deuxième mandat. Par exemple, Kim Campbell a été première ministre en devenant chef du Parti libéral du Canada, mais n’a pu mener ses troupes à un autre mandat.

Chargement en cours