Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 15 avril 2019

Le « bonjour, hi » : une tempête dans un verre d'eau ou un symptôme inquiétant?

Publié le

La controverse sur la formule d’accueil «bonjour, hi» continue à faire jaser, notamment chez les anglophones.
La controverse sur la formule d’accueil «bonjour, hi» continue à faire jaser, notamment chez les anglophones.   Photo : Radio-Canada / Simon Blais

L'Office québécois de la langue française observe un recul dans l'usage du français chez les jeunes et une augmentation du recours au fameux « bonjour, hi », qui a fait couler beaucoup d'encre dans les dernières années.

Marie Grégoire et François Cardinal décortiquent les chiffres dévoilés par l’OQLF.

« Les jeunes francophones sont peut-être moins inquiets que leurs aînés [quant à la survie de la langue au Québec], mais ils le sont davantage que leurs amis ou collègues qui ont une autre langue maternelle que le français », analyse Marie Grégoire.

François Cardinal, quant à lui, estime que les jeunes francophones agissent comme une majorité au Québec plutôt que comme une minorité au Canada. Le fait que 55 % des jeunes se disent indifférent à l’accueil avec le « bonjour, hi », et même avec le « hi » tout court, prouve en partie cette observation du chroniqueur.

« Le Québec, c’est là où ils habitent. Ils sont simplement Québécois et ils tiennent peut-être pour acquis le sort du français, comme si la bataille avait été menée à une autre époque. Le bon côté de ça, c’est qu’ils sont décomplexés dans leur façon d’aborder la langue, mais le mauvais côté, c’est qu’ils ne sentent plus la menace. »

« Le Québec est dans une mer anglophone, et c’est un travail quotidien de rappeler que la situation est fragile », ajoute Marie Grégoire.

Chargement en cours