Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 25 février 2019

Il est minuit moins une pour la Biosphère

Publié le

La Biosphère illuminée lors des cérémonies du 375e anniversaire de Montréal
Le dôme géodésique créé par l'architecte Buckminster Fuller abrite maintenant un musée de l'environnement.   Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Ce serait un scandale que le gouvernement fédéral laisse tomber la Biosphère. C'est l'avis de Marc-André Carignan, qui note qu'il est minuit moins une pour la Biosphère et son musée de l'environnement.

Le bail octroyé par Ottawa au musée arrive à échéance à la fin de l’année, et pour l’instant, rien ne laisse présager qu’il y a un avenir pour l’ancien pavillon d’Expo 67.

« On ne peut pas laisser tomber la Biosphère d’un point de vue politique, historique et patrimonial », mentionne le chroniqueur.

Selon Marc-André Carignan, ce serait maladroit de la part des libéraux de Justin Trudeau, dans un contexte où ils essaient de faire oublier le pipeline de l’Ouest canadien dans une province qui se mobilise pour l’environnement, notamment avec le Pacte pour la transition.

À la rigueur, selon lui, les coupes au budget de la Biosphère par les conservateurs de Stephen Harper s’expliquaient politiquement.

« Mais j’ai du mal à croire que les libéraux ne sortiront pas un lapin de leur chapeau d’ici le début de la campagne électorale. »

Marc-André Carignan rappelle aussi que des candidats importants de l’équipe Trudeau sont des élus de Montréal. Il pourrait être tentant, pour le Parti libéral du Canada, d’y aller d’une annonce pour plaire aux électeurs de la région.

Chargement en cours