•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gravel le matin

Avec Alain Gravel

Que cache la démission de Jody Wilson-Raybould?

Audio fil du mercredi 13 février 2019
Le premier ministre Justin Trudeau et la ministre des Anciens Combattants Jody Wilson-Raybould

L'ancienne ministre de la Justice a mis le premier ministre dans l'embarras, dans l'affaire SNC-Lavalin.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Si les paroles de Justin Trudeau sur le front de la réconciliation autochtone avaient été suivies par des actes, Jody Wilson-Raybould n'aurait peut-être pas démissionné mardi. C'est ce que croit Chantal Hébert, qui trouve également que le premier ministre s'est vite remis de la démission de la députée.

« C’était du sous-Trudeau. S’il y a un moment dans lequel il aurait dû s’élever au-dessus de la mêlée... C’est Jody Wilson-Raybould qui est le symbole de ses engagements en matière de réconciliation, en plus de faire partie de cette parité du pouvoir dont M. Trudeau se targue. »

Chantal Hébert croit que M. Trudeau n’a pas aidé sa cause en commentant le départ de Mme Wilson-Raybould comme il l’a fait.

« En gros, en caricaturant à peine, il a dit : "Ce n’est pas ce qu’elle m’a dit, et si elle n’était pas contente, elle n’avait qu’à partir avant" », paraphrase la chroniqueuse du Toronto Star.

Moins de 48 heures avant le point de presse de Winnipeg pourtant, le premier ministre prononçait un discours à Vancouver dans lequel il affirmait que Mme Wilson-Raybould était en accord avec la version du gouvernement dans le dossier SNC-Lavalin.

« Il a affirmé devant les caméras que dans la mesure où elle était toujours membre du cabinet, ça tombait sous le sens. A-t-il dit ça en connaissance de cause et Mme Wilson-Raybould a changé d’idées ou a-t-il dit ça pour s’assurer qu’elle reste au Conseil des ministres? » demande Chantal Hébert.

Or, selon la chroniqueuse, il ne fait pas de doute que Mme Wilson-Raybould était insatisfaite au sein du cabinet.

« J’ai lu beaucoup de lettres de démission et c’est la première fois que j’en lis une où l'on ne dit pas la cause. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Tout un matin

  • Le 15-18

  • Ça s'explique

  • Mêlée politique

  • Flash info