Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 1 février 2019

Santé mentale : quelle est la volonté de la ministre de la Santé?

Publié le

La nouvelle ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann croit qu'il faut changer d'approche notamment envers les médecins de famille.
La nouvelle ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann   Photo : Radio-Canada

Il a beaucoup été question de santé mentale dans l'actualité cette semaine, mais François Cardinal remarque que le message peine à passer les portes du ministère de la Santé. « La maladie mentale, c'est la maladie du siècle, et c'est tout de même l'enfant pauvre du système de santé. »

Selon l’éditorialiste de La Presse, on ne réalise peut-être pas que la santé mentale est un enjeu de société important. « Il y a un véritable problème : un Québécois sur cinq va souffrir d’une maladie mentale dans sa vie, et quatre personnes sur cinq vont côtoyer quelqu’un qui a des [problèmes] de santé mentale.

« Chez les jeunes, c’est vraiment troublant. Selon l’Institut de la statistique du Québec, le pourcentage d’enfants d’âge primaire en détresse psychologique a bondi de 21 à 29 % en 6 ans. »

Ces chiffres inquiètent le chroniqueur, qui s'interroge sur la réelle volonté de la ministre de la Santé, Danielle McCann, de procéder à un changement de cap.

« Souvent, les budgets consacrés à la santé mentale finissent par être dépensés ailleurs », note François Cardinal.

Et avec l’abolition par le ministère de la Direction générale de la santé, créée sous le gouvernement libéral, l’éditorialiste craint que le statut soit maintenu.

Il se pose la question à savoir s'il ne serait pas temps d’amorcer une grande conversation nationale sur la santé mentale. Après tout, ça n’arrive pas qu'aux autres. Cette fragilité-là, nous finissons tous par la ressentir.

Chargement en cours