Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 31 janvier 2019

Éducation sexuelle : des compléments intéressants sur Internet

Publié le

Otis Milburn (Asa Butterfield) et Maeve (Emma Mackey) dans la série « Sex Education ».
Otis Milburn (Asa Butterfield, à gauche), adolescent sexuellement réprimé, devient le gourou des questions sexuelles de son école secondaire dans la série télévisée «Sex Education».   Photo : jon hall/netflix / Jon Hall/Netflix

Au moment où on parle beaucoup des cours d'éducation sexuelle, il existe en ligne des compléments d'information intéressants pour les adolescents. Selon Marie-Eve Tremblay, la série Sex Education sur Netflix aborde des questions que se posent les jeunes sans tabou et avec une touche d'humour décomplexé.

La chroniqueuse, à l'instar des jeunes et moins jeunes qui ont succombé au phénomène sur le web, a été charmée par l’histoire d’Otis, 16 ans, qui devient le conseiller en éducation sexuelle de son école.

« C’est impossible de ne pas se retrouver dans des situations que vivent les adolescents de la série. On parle de tout et on montre tout », mentionne la chroniqueuse qui suggère tout de même que les parents écoutent d’abord la série pour ensuite guider leur enfant dans l’intrigue.

Mais en même temps, ajoute Marie-Eve Tremblay, il faut se dire que chez les jeunes, l’exposition à la sexualité arrive assez tôt. « On parle d’un premier contact avec la pornographie chez les jeunes dès l’âge de 11 ans. »

Mais Sex Education n’est pas une série pornographique. Elle est bien écrite et bien réalisée, et ses épisodes sont drôles et sans drame.

Les 1000 réponses de YouTube

C’est bien connu que les jeunes se tournent vers Internet pour trouver réponse à leurs questions, et plus spécialement vers le réseau YouTube, qui regorge de vidéos réalisées par des influenceurs et pour la plupart faites intelligemment.

« Face à la caméra et sans complexes, ils s’adressent à leurs milliers d’abonnés avec un ton direct et légèrement décalé. Ça marche », souligne Marie-Eve Tremblay.

C’est le cas dans À Huis Clos, de la youtubeuse Cam Grande Brune (Camille Ingel-Fortier de son vrai nom), et de FAQSEXU, d’Audrey D, deux séries recommandées par la chroniqueuse.

Chargement en cours