Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 21 janvier 2019

Les écoles branchées marqueront-elles la fin des journées tempêtes?

Publié le

Des autobus scolaires immobiles dans la neige
La décision de fermer ou non les écoles les jours de tempête laisse parfois les parents perplexes.   Photo : CBC

Avis aux enfants : votre congé de classe en raison d'une tempête de neige appartiendra probablement bientôt au passé. Des écoles connectées ont commencé à offrir des cours en vidéoconférence pour les jours où la température ne permet pas aux élèves de se déplacer jusqu'à leur établissement scolaire. La chronique de Matthieu Dugal.

La tradition des journées tempêtes commence déjà à prendre fin dans plusieurs États américains, et ce, depuis 2011. Même si ce ne sont pas toujours des tempêtes hivernales aussi intenses que celles que nous connaissons au Québec, les ouragans sont des phénomènes météo non négligeables chez nos voisins du sud. Ainsi, au Nevada, en Caroline du Sud, en Indiana et en Géorgie, des élèves reçoivent des cours en vidéoconférence sur leur tablette ou leur ordinateur à la maison.

Si cette pratique s’est implantée aux États-Unis, des écoles du Québec flirtent maintenant avec le concept. À Drummondville, au Collège Saint-Bernard le 16 avril dernier, il y avait une tempête de grésil. Cinq cents élèves ont eu une journée d’école à la maison grâce au logiciel Google Classroom.

Cette solution pourrait être envisageable au Nouveau-Brunswick, où les conditions météo forcent souvent la fermeture des écoles. Les élèves de la province reçoivent en moyenne 700 heures de cours, contre 900 dans le reste du Canada.

Les journées d’apprentissage en ligne ne font toutefois pas l’unanimité chez les parents. Dans le comté d’Anderson, en Caroline du Sud, où l’on mène un projet-pilote en ce sens, plusieurs parents ont objecté sur la page Facebook de l’administration scolaire qu’ils étaient en désaccord avec la décision des autorités. Ils affirment que ce ne sont pas tous les parents qui peuvent accompagner leurs enfants dans ces exercices.

Chargement en cours