Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 18 janvier 2019

Éducation sexuelle : parce que le sexe, c'est beaucoup plus que d'apprendre la technique de la balançoire à cul

Publié le

La chroniqueuse Catherine Ethier.
La chroniqueuse Catherine Ethier.   Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Ce n'est pas sans difficulté que Catherine Ethier s'est retenue de lire l'article sur ce chien qui a fait un pet tellement puant qu'un chat a vomi cette semaine. Elle s'est retenue, car il était impératif de parler du guide d'éducation sexuelle corédigé par l'abbé Robert Gendreau et le cardiologue Raouf Ayas.

Ce que ça dit, en gros, c’est de repousser à « un moment donné peut-être » l’éducation sexuelle des jeunes, surtout ceux de 6 à 12 ans, en proposant aux parents d'enseigner la matière eux-mêmes. Ils finiront par dire que les garçons ont un « titi » et les filles ont un « hou-hou et des guilous ».

La chroniqueuse s'insurge contre le fait que ce n’est pas avec des onomatopées et des ricanements niais qu’on va faire des enfants matures et responsables, et elle plaide pour éloigner le plus possible l’Église de l’éducation de sa famille.

Ça fait que l’abbé Gendreau, vous aurez beau célébrer la multiplication des pains, Zachée et le dimanche des Rameaux, je vous interdis de venir me dire que l’Église a quelque mot que ce soit à dire le moment venu d’armer nos petits contre les salopards qui sévissent encore en vos sacristies.

Aussi, pour les parents geignards qui l’ont pas encore pogné, l’éducation à la sexualité n’est pas un programme où l’on enseigne la fornication et le mode d’emploi d’une balançoire à cul pour vos enfants, « bout de viarge », c’est un programme nécessaire pour former des humains avertis, respectueux, sensibles et libres, où ils seront initiés à l’anatomie, à l’image corporelle, au consentement, aux stéréotypes, aux ITSS, à la vie affective et j’en passe.

Annie Fournier, directrice des services professionnels à la Fondation Marie-Vincent, rappelle d’ailleurs qu’au Québec, 1 fille sur 5 et 1 garçon sur 10 sont victimes de violence sexuelle avant l’âge de 18 ans.

Se pourrait-il qu’il soit temps d’agir? Je vous rappelle en terminant qu’un chien a fait un pet tellement puant qu’un chat a vomi. I repeat, un chien a fait un pet puant. Bonne année à tous!

Chargement en cours