Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 16 janvier 2019

Brexit : le manque de jugement d'Andrew Scheer

Publié le

Le chef conservateur fédéral Andrew Scheer
Le chef conservateur fédéral Andrew Scheer a tout avantage à se définir rapidement s’il veut éviter que ses adversaires s’en chargent à sa place.   Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Alors que les projecteurs de la planète politique sont braqués sur le Royaume-Uni et son Brexit, la majorité de la classe politique retient son souffle. Andrew Scheer, quant à lui, claironne son appui à la sortie de Londres de l'Union européenne. Selon Chantal Hébert, il s'agit d'une absence de jugement qui pourrait devenir une épine au pied du chef conservateur.

« Au Canada, les politiciens ont compris que la meilleure politique, c'était le silence, en ce qui concerne le Brexit. Dans le doute, s’abstenir de commenter était la meilleure chose à faire. Avec son tweet sur le côté cool du Brexit qui refait surface, je ne sais pas ce que son critique en matière de relations internationales a à dire ce matin. C’est un peu délicat », dit la chroniqueuse au journal Le Devoir.

Chantal Hébert rappelle que si la situation est délicate, c'est que les Britanniques sont divisés dans le dossier du Brexit. Les régions urbaines ont voté contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, tout comme les électeurs plus jeunes.

« Imaginez, c’est comme si, au Québec, la génération sortante des baby-boomers imposait la souveraineté aux millénariaux », dit-elle.

Chargement en cours