Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du mardi 15 janvier 2019

Qui sont les gagnants et les perdants du remaniement ministériel de Justin Trudeau?

Publié le

Le député montréalais David Lametti est le grand gagnant du remaniement ministériel de Justin Trudeau. C'est une entrée par la grande porte pour le politicien de carrière, qui accède au ministère de la Justice. Quant à Jody Wilson-Raybould, sa rétrogradation, à moins d'un an du prochain scrutin, est étonnante. Chantal Hébert analyse les choix du premier ministre.

« Le poste de ministre des Anciens Combattants, c’est un poste qu’on occupe soit à l’entrée du conseil des ministres, soit quand on se dirige vers la sortie. Ce n’est pas parce que c’est un dossier qui n’est pas important, mais ce n’est pas un rôle de premier plan au sein du gouvernement », dit Chantal Hébert.

On murmure sur la colline Parlementaire que le courant ne passait pas entre le bureau du premier ministre et Mme Wilson-Raybould, qui incarnait depuis trois ans le symbole de la réconciliation avec les peuples autochtones.

« C’est un secret de Polichinelle que les plus sévères critiques du travail de la ministre de la Justice venaient du Bureau du premier ministre. C’est une bonne juriste, une ministre travaillante, mais on dit qu’elle n’est pas faite pour la politique », explique Chantal Hébert.

Les communications de Jody Wilson-Raybould au ministère de la Justice étaient pour le moins difficiles, ajoute l'analyste politique, qui croit que Mme Wilson-Raybould n’a pas occupé tout le cadre qu’on lui a donné en la nommant à ce prestigieux ministère il y a trois ans.

Quant à David Lametti, député de LaSalle–Émard–Verdun, il passe de la banquette arrière à un rôle de premier plan, juste à temps pour se faire questionner sur les intentions de son gouvernement relativement au projet de loi sur le port de signes religieux que s’apprête à déposer le gouvernement du Québec.

« J’ai l’impression qu’on va l’entendre là-dessus et sur l’aide médicale à mourir, un dossier qui ne séduisait pas la ministre sortante », indique Chantal Hébert.

Chargement en cours