Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du jeudi 3 janvier 2019

Alimentation : 2019, l'année végane

Publié le

Des personnes se servent à manger à partir d'une table emplie de diverses plats de cuisine végane.
Le véganisme est un mode de vie de plus en plus adopté   Photo : iStock

2018 a été l'année du kombucha, de la lactofermentation et du microbiome. Quelles tendances alimentaires et culinaires nous attendent en 2019? Pour savoir ce que nous allons manger et comment nous allons le manger cette année, l'équipe de Gravel le matin a fait appel au journaliste Gildas Meneu de l'émission L'épicerie.

Selon lui, 2019 sera marquée par la bouffe végane, car non, ce n’est pas qu’une mode - il s'agit bel et bien d'une tendance de fond. La laitue asperge, une laitue asiatique encore peu connue ici et dont le goût rappelle celui du céleri et de l’asperge, devrait de plus arriver dans nos épiceries. Selon le journaliste, il s’agit d’un ajout intéressant à l’offre de laitues, surtout depuis les cas récents de contamination par l’E. coli.

Les algues seront aussi de plus en plus présentes dans nos assiettes. Elles sont une ressource renouvelable et donnent aux plats cette fameuse saveur tant recherchée, l’umami.

Il y aura également du nouveau dans les laits végétaux. Gildas Meneu indique que PepsiCo, par l’entremise de sa marque Quaker Oats, se lancera dans la production de lait d’avoine, un produit qui devrait plaire à ceux qui n’aiment pas le goût du lait d’amande ou de soya, par exemple.

2019 nous réserve même des nouveautés sur la manière dont nous consommerons nos aliments.

« Les millénariaux ont des attentes technologiques très élevées, et l’industrie innove pour se plier à cette demande », mentionne le journaliste.

Gildas Meneu explique que les moins de 35 ans remplacent leurs trois repas par jour par des collations : « On mange un peu plus souvent et un peu n’importe où. Des repas simples et diversifiés. »

Parmi les offres qui tentent de répondre à cette demande toujours changeante : les restaurants fantômes qui ne font que la livraison. Pas de comptoir, pas de tables. Tout ce qui est cuisiné sur place est consommé ailleurs.

Enfin, les restaurateurs doivent de nos jours être présents sur un maximum de plateformes pour répondre à leurs clientèles. « On peut maintenant commander grâce aux assistants vocaux, sur Messenger, sur Twitter. La clé est de faciliter la commande, pour conserver la clientèle », affirme-t-il.

Chargement en cours