Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Robitaille
Audio fil du samedi 27 octobre 2018

32 artistes, 6 jours, une Foire d'art alternatif de Sudbury

Publié le

L'artiste Geneviève Massé explique sa démarche à des membres du public hors champ.
L'artiste Geneviève Massé explique sa démarche artistique à des membres du public hors champ. Derrière elle, des listes d'objets qu'elle a comptées depuis son arrivée à Sudbury.   Photo : Radio-Canada / Michel Laforge

Depuis le début de la semaine, une panoplie d'artistes font des résidences artistiques dans l'un de plus anciens édifices de Sudbury. Grands Lacs café a suivi le processus tout au long de la semaine.

Un texte de Michel Laforge

La Foire d'art alternatif de Sudbury (FAAS) compte quelques nouveautés cette année. L’événement biennal, orchestré par la Galerie du Nouvel-Ontario, a lieu à l’automne plutôt qu'au printemps comme à l'habitude. La FAAS se déroule aussi à l'intérieur cette année. Les artistes travaillent dans le développement de condominiums The Village sur la rue Mackenzie au centre-ville de Sudbury, anciennement l’école Saint-Louis-de-Gonzague, qui date de 1915.

Oeuvre artistique fait à partir de pochoirs.
Le travaille de l'artiste torontois Joseph Muscat en cours à la FAAS. Photo : Radio-Canada/Michel Laforge

Le but avoué de la FAAS est d’inciter la trentaine d'artistes invités à créer de nouvelles oeuvres et performances directement inspirées du lieu où se déroule la foire. Oeuvrant autour du thème du territoire, la Galerie du Nouvel-Ontario demande aux artistes de réfléchir à l'appartenance et au territoire.

Le choix du lieu de l’événement n’est pas anodin. L’ancienne école Saint-Louis-de-Gonzague, destinée à éduquer les allochtones, se situe sur le territoire ancestral de la nation Atikmeksheng. C’est l'un des nombreux éléments qui vient nourrir la réflexion des artistes qui créent dans d’anciennes salles de classe, le vieil auditorium et d’autres locaux depuis le début de la semaine.

Aborder le territoire de multiples façons

Les artistes et architectes Mathieu Boucher Côté et Marika Drolet-Ferguson ont étudié des cartes de la région. Ils s'intéressent aux multiples façons que les gens perçoivent le territoire dans lequel ils vivent.

D'autres artistes, comme Geneviève Massé, se servent d'un rapport mathématique au territoire pour leur travail.

Quatre claviers d'ordinateurs sur une tablette.
L'artiste Geneviève Massé entreprend de compter des objets de toutes sortes d'objets dont les touches de ces claviers dans le cadre de son exposition iCount à la FAAS. Photo : Radio-Canada/Michel Laforge

J'ai choisi d'aborder la thématique du territoire par un projet de comptage [...]. Chaque jour, j'ai décidé de compter tout sur mon passage. Je m'approprie le territoire par le dénombrement, par les chiffres, par les statistiques, par les données, mais qui sont empiriques donc qui sont vus par mes yeux, qui sont compris par mon corps, explique l'artiste.

L’artiste sonore Anyse Ducharme, originaire de Sturgeon Falls, a décidé de faire de l’ancienne école un instrument de musique. Grâce à des microphones spécialisés, elle capte les sons de l’édifice sans forcément capter ceux de l’air. Ça permet d’entendre la vibration des planchers, de l’eau qui coule dans la tuyauterie, sans pour autant entendre les gens parler. Le temps de la FAAS, l'édifice au complet est ainsi transformé en oeuvre sonore.

L'artiste multimédia Yanie Porlier assise devant son ordinateur portable.
L'artiste multimédia Yanie Porlier a découvert les recherches de la NASA à Sudbury pendant les années soixante-dix et s'en inspire pour son travail artistique pendant la FAAS. Photo : Radio-Canada/Michel Laforge

Pour sa part, l’artiste multimédia numérique Yanie Porlier cherche à brouiller la ligne entre le fictif et le réel. Elle transpose des photos ou des vidéos des visiteurs de la FAAS dans des photos d’archives de la ville de Sudbury.

Je me suis dit pourquoi ne pas briser la frontière entre le passé et le présent. Parce que le présent est toujours construit à partir du passé, souligne l'artiste.

La FAAS est ouverte au public samedi. Le vernissage des oeuvres a lieu à 18 h, et la soirée d'art performance débute à 20 h. Dimanche, il y aura aussi un brunch festif entre 10 h à 13 h.

Chargement en cours