Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Robitaille
Audio fil du samedi 15 juin 2019

L’engagement francophone d’Élaine Legault récompensé

Publié le

Une photo de profil d'une femme dans la soixantaine.
Élaine Legault travaille maintenant à titre de responsable des arts et de la culture du COFRD.   Photo : Jean-Claude Legault

Élaine Legault avait promis à son époux qu'elle prendrait sa retraite. Ce n'est pas encore arrivé. Elle travaille encore au Conseil des organismes francophones de la région de Durham.

Malgré qu’elle ait quitté son poste à la direction générale du Conseil des organismes francophones de la région de Durham (COFRD) au mois de décembre 2018, Mme Legault continue d’y travailler en tant que consultante en arts et culture.

Si elle a reçu le prix hommage de l’organisme de théâtre franco-ontarien Théâtre Action la semaine dernière, Mme Legault insiste sur le fait que c’est d’abord à la communauté de Durham que revient ce prix. C’est le conseil d’administration, les employés qui sont responsables pour ce prix. Je les remercie d’avoir cru en moi, explique-t-elle.

Inspirer la nouvelle génération

Au-delà de son travail au COFRD, Mme Legault continue à inspirer les jeunes Franco-Ontariens de la région de Durham. Récemment, les élèves de l’École Saint-Charles-Garnier ont monté une pièce de théâtre suite à un de ses ateliers qui portaient sur l’importance des droits des francophones de l’Ontario.

L’une des scènes de cette pièce comporte une grève de la faim des élèves en guise de protestation contre les coupes du gouvernement de Doug Ford envers la francophonie ontarienne.

Je trouvais ça un peu triste parce que deux des étudiants meurent dans la pièce, mais à la fin ils disent “oui, on a perdu nos amis et nos collègues, mais on ne lâche pas affirme-t-elle. C’est ce qui lui permet de garder espoir pour l’avenir de la francophonie ontarienne.

Chargement en cours