Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Robitaille
Audio fil du samedi 4 mai 2019

À Sudbury, votre voisin est peut-être aussi un pompier bénévole

Publié le

Deux pompiers, en uniforme dans le studio de Radio-Canada Sudbury.
Le pompier bénévole Patrick Villeneuve (droite) accompagné de l'Assistant chef adjoint des pompiers de la Ville du Grand Sudbury, Brian Morrison.   Photo : Radio-Canada / Michel Laforge

Avec près de 4000 kilomètres carrés, Sudbury est l'une des municipalités avec la plus grande superficie au pays. Pas étonnant alors qu'elle ait recours à de nombreux pompiers bénévoles pour aider à combattre les incendies qui surviennent sur son territoire. C'est d'ailleurs 19 des 24 casernes à Sudbury qui sont opérées par des pompiers bénévoles.

Depuis 2003, Patrick Villeneuve est fier de se compter parmi ceux-ci.

L'homme qui habite maintenant à Azilda, dans le Grand Sudbury, est devenu pompier bénévole en 2003 lorsqu'il vivait à Copper Cliff. Trois de mes voisins [en] faisaient partie. C'était pas mal intéressant. Tout d'un coup ils partaient!, explique-t-il. Aujourd'hui, Patrick Villeneuve a même gravi les échelons pour devenir le capitaine intérimaire de la station où il travaille.

Si le métier lui plait toujours aujourd'hui, c'est surtout puisqu'il peut venir en aide à ses proches et à ses voisins.

Patrick Villeneuve explique que la formation des pompiers bénévoles est adéquate pour combattre les incendies. Tout comme les pompiers de carrière, les pompier bénévoles participent à des simulations d'incendies plusieurs fois par année et s'entraine régulièrement.

Le feu ne distingue pas entre les pompiers bénévoles et les pompiers de carrière.

Patrick Villeneuve

Puisqu'il est un pompier bénévole, Patrick Villeneuve a aussi un autre emploi. Son « quart de travail » de pompier commence donc le moment où il quitte le bureau.

À tout moment, son téléavertisseur peut sonner pour l'appeler sur les lieux d'un incendie, ou encore d'une collision automobile.

Ce sont d'ailleurs les collisions automobiles que M. Villeneuve trouve le plus difficile à affronter. Contrairement à un incendie, M. Villeneuve explique que les pompiers constatent les conséquences des collisions immédiatement en arrivant sur les lieux.

Le sentiment de satisfaction qu'apporte le métier de pompier bénévole est cependant plus important que les conséquences sur sa vie personnelle.

Le service d'incendies de la Ville du Grand Sudbury recrute des pompiers bénévoles en tout temps, rappelle également M. Villeneuve.

Chargement en cours