Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Robitaille
Audio fil du samedi 9 mars 2019

Les maths compliquées? Rien n'est plus faux, selon cet enseignant

Publié le

Un professeur de mathématique devant un tableau blanc doté d'une formule mathématique.
Les mathématiques permettent au professeur Fabrice Colin d'assouvir sa curiosité.   Photo : Radio-Canada / Michel Laforge

Une journée de recherche comme biologiste, chimiste, historien, anthropologue, ça s'imagine bien pour le commun des mortels. Celle des mathématiciens ne l'est peut-être pas tout autant.

Pourtant, rien n'est plus concret que la mathématique, selon le chercheur Fabrice Colin.

Pour moi, les mathématiques, c'est le regard que nous les êtres humains portons sur l'univers qui nous entoure. En fait, dès qu'on ouvre les yeux et qu'on tente de comprendre l'univers, essentiellement, nous faisons des mathématiques, explique-t-il en entrevue à l'émission Grands Lacs café.

C'est justement l'un des buts de son projet de recherche Analyse non linéaires : théorie et applications concrètes pour lequel il a reçu du financement du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Concrètement, le projet lui permet de collaborer avec d'autres chercheurs. M. Colin donne l'exemple du professeur Richard Egli qui travaille au département d'infographie. Ensemble, les deux travaillent à réaliser des modélisations plus réalistes de fluides. Celles-ci pourraient un jour se retrouver dans un jeu vidéo ou un film.

M. Colin a également pu collaborer avec des collègues au département de finance de l'Université Laurentienne qui s'intéressent à la sélection d'actifs dans les portefeuilles.

Questionné à savoir s'il trouve que la mathématique comporte trop de règles ?

Rien n'est plus faux dans la mesure où la seule exigence [des mathématiques] est la cohérence, note le mathématicien.

Fabrice Colin dit avoir choisi d'étudier les mathématiques au lieu de la physique en raison de la liberté que cette discipline lui offrait ainsi que toutes les possibilités de satisfaire sa curiosité.

Chargement en cours