Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Robitaille
Audio fil du samedi 2 février 2019

Sexualité et troisième âge, un obstacle insurmontable?

Publié le

Un plan rapproché des pieds d'un homme et d'une femme entremêlés dans un lit.
La sexualité peut évoluer au troisième âge, sans nécessairement que le désir fane.   Photo : iStock / Aleksandar Nakic

Les raisons pour lesquelles les relations sexuelles peuvent être difficiles à l'âge d'or sont nombreuses. La peur, les conditions physiologiques, la perte d'un partenaire de vie de longue date doivent-elles forcément mener à l'arrêt de la vie sexuelle chez l'être humain?

En entrevue à Grands Lacs café, les sexologues Jacques Babin et Cilvy Dupras ont rapidement affirmé tout le contraire.

En fait, malgré les nombreuses raisons qui peuvent contribuer à une diminution de l'activité sexuelle chez les personnes d'âge mûr, les sexologues expliquent qu'il est possible de s'y prendre autrement.

Selon Jacques Babin, il est tout à fait normal que les relations sexuelles évoluent au fil du temps. « On a beau se préparer pour les changements physiques, quelqu'un qui ne se sent pas beau ne se sentira pas comme un être sexuel ». La clé, selon lui, c'est de communiquer et de partager ses désirs sexuels lorsqu'il y a encore un partenaire d'habitude.

Si l'on a perdu l'être cher, Cilvy Dupras suggère de consulter un spécialiste des relations à l'âge avancé, pour nous aider à reprendre confiance et à fréquenter de nouvelles personnes.

La physiologie, un obstacle?

Il existe des astuces pour ne pas se laisser arrêter par un corps vieillissant.

Pour contrer la sécheresse vaginale, Cilvy Dupras suggère les services d'un physiothérapeute spécialisé dans le traitement pelvien de la femme.

Si aucune de ces approches ne fonctionne, les deux sexologues sont d'accord pour dire qu'il est néanmoins possible d'amener des variations dans la chambre à coucher afin de pallier les difficultés.

« On voit beaucoup de gens qui vont moins performer au niveau génital, mais qui vont développer les zones érogènes et la sensualité au lieu », explique-t-elle.

Jacques Babin suggère quant à lui la lenteur. Si le corps humain change avec l'âge, le sexologue explique que de ralentir les relations sexuelles peut également permettre d'avoir des relations sexuelles très satisfaisantes.

Chargement en cours