•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilan de campagne : trop d’électoralisme, peu de concret

Faut pas croire tout ce qu'on dit

Avec Michel Lacombe

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Bilan de campagne : trop d’électoralisme, peu de concret

La chef du Parti vert, Elizabeth May, et le chef du Parti populaire, Maxime Bernier, en plein débat électoral.

La campagne électorale qui s'achève a été dominée par la joute partisane et par l'absence d'engagements concrets, selon nos jeunes experts.

Photo : La Presse canadienne / Chris Wattie

Tergiversations excessives autour du « brownface » et du pétrole, prédominance de questions locales au détriment du national, peu de discussions sur la question autochtone, absence d'engagements réels... À quelques jours du scrutin, notre panel de jeunes de moins de 30 ans considère que nous avons eu droit à une campagne « beige » et bien typique des mœurs électoralistes modernes. Au micro de Michel Lacombe, ils témoignent d'un appétit pour des prises de position réelles, au-delà de la joute partisane.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi