Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nicolas Ouellet.
Audio fil du vendredi 14 juin 2019

Pourquoi on voit toujours les mêmes visages à la télé québécoise

Publié le

Une jeune femme tient une planche de production
Il est de plus en plus difficile pour les acteurs inexpérimentés de décrocher des auditions pour avoir accès à des rôles.   Photo : iStock

« On a moins de liberté, moins de temps, moins d'argent », déplore la directrice de casting Nathalie Boutrie, en entrevue avec Nicolas Ouellet. Celle qui a notamment travaillé pour Xavier Dolan et Podz remarque qu'avec les compressions budgétaires, on fait dorénavant davantage confiance aux gens qui ont de l'expérience devant la caméra et qui travaillent vite, plutôt que de donner la chance à des acteurs talentueux qui commencent.

« Donnons la chance aux bons acteurs, donnons-leur le temps de se préparer, de s’imprégner du texte, plaide-elle. C’est un travail. Ce ne sont pas des machines. »

Loin du cliché du tyran

« Notre spécialité, c’est les acteurs. On les aime », dit Nathalie Boutrie, pour qui les directeurs de casting sont avant tout les accompagnateurs artistiques d’un projet. Pas des gens qui terrorisent les comédiens. Soulignant à plusieurs reprises sa passion pour le travail des acteurs québécois, elle fait un plaidoyer pour qu’on leur permette d’avoir accès à plus d’auditions.

Chargement en cours