Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nicolas Ouellet
Audio fil du vendredi 14 décembre 2018

Crise environnementale : et si la solution était un gouvernement mondial?

Publié le

Un homme blanc en costume tient la planète terre dans ses mains.
Un gouvernement global bienveillant serait-il la seule façon de sauver l'humanité d'une crise environnementale?   Photo : iStock / Montage : Amarilys Proulx

La seule façon de sauver l'humanité de la crise environnementale, de la crise nucléaire et de la révolution technologique serait, selon le penseur Yuval Noah Harari, de réunir toutes les nations du monde sous un seul gouvernement tout-puissant. Le journaliste Jasmin Lavoie, qui fait remarquer qu'il s'agit de questions supranationales, explore cette idée qui va à l'encontre des idéaux nationaux et démocratiques qu'on lui a inculqués dès son enfance.

Former des sociétés organisées a, après tout, permis à l’humanité de devenir l’espèce dominante de la planète Terre, notamment grâce à l’agriculture, il y a plusieurs milliers d’années. De la même manière, se regrouper sous un gouvernement mondial pourrait assurer le salut de notre espèce, selon le journaliste.

Et la démocratie?

« Il n’y a pas un pays qui accepterait de perdre sa souveraineté, concède Jasmin Lavoie. Pourtant, nos gouvernements collaborent de plus en plus. »

En effet, divers traités économiques et accords de partenariat permettent plus d'échanges entre les États. Toutefois, l’unité mondiale est loin d’être atteinte en ce qui a trait à des questions comme l’environnement, la technologie et l’utilisation du nucléaire, comme le démontrent les désaccords entre les membres lors de la COP24.

Il reste donc cette question : « Préfère-t-on un gouvernement mondial qui bafoue les droits de la personne pour sauver notre espèce ou une planète qui respecte les droits de la personne et les souverainetés nationales, mais où les grandes questions qui menacent la survie de l’humanité ne sont pas réglées? »

Chargement en cours