•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Expulsions de locataires : un système bien huilé

Faites du bruit

Avec Nicolas Ouellet

Expulsions de locataires : un système bien huilé

Épisode 10 : vendredi 9 novembre 2018
Une image en noir et blanc d'un bloc d'habitations.

Les condos anonymes du centre-ville de Montréal sont parfois le théâtre de drames humains.

Photo : iStock / Montage : Amarilys Proulx

Pour Nicolas Sima, gestionnaire immobilier, le locataire idéal est comme lui : il ne dérange pas les voisins, il paie son loyer à temps, il ne fume pas, il garde son appartement propre, il n'a pas d'animaux ni d'enfants, et il reste longtemps.

« J’ai déjà réussi à faire partir un locataire en échange d'un paquet de cigarettes; c’est légal, c’est une entente à l’amiable », raconte Nicolas Sima.

« Si, comme propriétaire, tu me donnes 12 mois, tu auras seulement de bons locataires et tous tes loyers auront augmenté », dit-il avec fierté.

Embourgeoisement?

Même si les méthodes d’optimisation des revenus immobiliers sont légales, elles font parfois sourciller. Les questions d’embourgeoisement ne dictent pas nécessairement les actions professionnelles du gestionnaire immobilier : « Si je rénove un appartement, je le loue plus cher; c’est mon travail. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Jusqu'au bout

  • Corde sensible