Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nicolas Ouellet.
Audio fil du vendredi 24 mai 2019

Les études de cycles supérieurs : un investissement émotionnel coûteux

Publié le

Un bouledogue anglais portant un mortier tire la langue
Après l'épuisement, que reste-t-il des acquis d'une maîtrise?   Photo : iStock

À moins de vouloir devenir professeur au cégep ou à l'université, la plupart des étudiants, particulièrement en sciences humaines et sociales, ne devraient peut-être pas entreprendre une maîtrise ou un doctorat. C'est le constat auquel est arrivé Julien Morissette après avoir passé cinq ans à « mal dormir, douter, se planter et même déprimer ».

En 2016, Guillaume Lecorps, président de l’Union étudiante du Québec à l’époque, observait que 22 % de la population étudiante de l’Université de Montréal souffrait de symptômes dépressifs qui étaient assez importants pour nécessiter une intervention immédiate.

C’est aussi ce qu'a constaté Julien Morissette : « Ce que je retiens le plus de ma maîtrise, c’est les crises de panique et l’apprentissage de la méditation de pleine conscience. »

Apprentissages

Malgré tout, Julien Morissette continue de croire que le travail qui est effectué lors d'études supérieures a une valeur. Tout d’abord, parce qu’il contribue à la culture générale de nos sociétés, puis, plus personnellement, parce que l’écriture d’un mémoire de maîtrise oblige l'étudiant à développer une rigueur qu’il n’aurait pas apprise autrement.

Chargement en cours