Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nicolas Ouellet.
Audio fil du vendredi 10 mai 2019

Entre femme fatale et matrone : le corps des femmes, toujours scruté à travers la maternité

Publié le

Un gros plan sur le ventre d'une femme enceinte.
Pendant sa grossesse, Laïla Tremblay a eu l'impression que son corps ne lui appartenait plus et que tout le monde se donnait le droit de le commenter.   Photo : iStock

« Parfois, une mère qui est considérée comme hot [physiquement] va perdre de la crédibilité [en ce qui a trait à] la maternité; on va penser que ce n'est pas une bonne mère, déplore Laïla Tremblay, jeune mère, avocate et entrepreneure. C'est comme si la maternité devait prendre toute la place, alors que le fait d'être mère n'empêche pas d'être une femme, une conjointe et une professionnelle. »

En entrevue avec Laïma A. Gérald, Laïla Tremblay, qui est aussi mannequin, explore les liens entre l’apparence des mères et l’opinion qu’en ont les gens. Elle considère qu’avec la grossesse, puis l’accouchement, le corps des femmes devient un sujet sur lequel tout le monde a le droit d’avoir une opinion. « J’ai eu l’impression que mon corps ne m’appartenait plus, se remémore-t-elle. Les gens disaient : “Tu es trop grosse, tu es trop mince... Manges-tu assez? Devrais-tu vraiment faire autant de sport?" »

Chargement en cours