Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nicolas Ouellet
Audio fil du vendredi 19 avril 2019

Être originaire d'une ville disparue : se souvenir de la vie à Gagnon

Publié le

Un lac avec des épinettes autour
Le lac Babel, près de l'ancienne ville de Gagnon   Photo : Radio-Canada / Ann-Édith Daoust

La municipalité de Gagnon, sur la Côte-Nord, n'a eu qu'une très courte vie, de 1960 à 1985. En effet, à la fermeture de la mine, la ville a été rasée et ses habitants ont été expulsés. Jean-Philippe Baril Guérard a rencontré plusieurs anciens habitants de la ville minière qui racontent comment ils se sont remis de cette énorme cassure dans leur vie.

« Je devais aller deux semaines à Gagnon et j’y suis restée deux ans, en 1981 et 1982, se remémore Nancy Ross. La fermeture en 1985 a été catastrophique. Ceux qui étaient nés là-bas n’avaient aucune notion de la ville, du rythme fou et effréné. Ils connaissaient les grands espaces, la communauté, les voisins. »

Gagnon continue d’exister de manière virtuelle, grâce à Facebook, où un groupe s’est réuni pour se remémorer le bon temps. Les anciens Gagnonais devraient se rencontrer à l’automne 2020, 35 ans après la fermeture de leur village.

Chargement en cours