•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anxiété généralisée : quand l'état psychique a des conséquences physiques

Faites du bruit

Avec Nicolas Ouellet

Anxiété généralisée : quand l'état psychique a des conséquences physiques

Épisode 31 : vendredi 19 avril 2019
Une jeune femme assise sur le divan cache son visage dans ses mains.

Quand une crise d'anxiété commence, la personne qui en souffre peut avoir l'impression qu'elle n'en sortira jamais.

Photo : iStock

De 2 à 5 % de la population serait atteinte d'un trouble d'anxiété généralisé. Les personnes qui en souffrent peuvent se sentir handicapées par ce problème, car il s'agit de bien plus qu'un simple trac ou qu'un stress passager. Laïma A. Gérald a rencontré Myriam Daigneault-Roy, qui souffre d'anxiété généralisée, et la Dre Pascale Brillon, psychologue, afin qu'elles lui expliquent la courbe d'émotions qui accompagne une crise de panique.

1. La montée

« C’est intense au point de vue physiologique : on va avoir des palpitations, une difficulté à respirer, un serrement au niveau de la poitrine. On se sent engourdi du bout des doigts, on a l’impression d’être étourdi », explique la psychologue.

2. La crise

« Ça atteint des sommets. J’ai l’impression que je ne sortirai jamais de cet état-là. Je ne sais pas comment reprendre ma respiration. Souvent, je pince mes mains pour reprendre contact avec mon corps, pour me souvenir que je suis ici, relate Myriam Daigneault-Roy. Dans les premiers temps, quand ça m’arrivait, je pensais que j’allais mourir, que c’était une crise cardiaque. Ça me rendait encore plus anxieuse parce que je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. »

3. L’incrédulité.

« Une fois que c’est terminé, les gens sont incrédules d’avoir survécu, raconte la Dre Pascale Brillon. Ils se disent : "Est-ce que c’est vraiment juste psychologique? Est-ce que ça se peut que ce soit à ce point envahissant alors que c’est juste dans ma tête?" »

4. La fatigue

« Mon corps est raqué, c’est comme si je venais de m’entraîner très fort. J’ai mal dans les jambes parce que j’ai crispé mon corps. » – Myriam Daigneault Roy

5. La rétrospection

Pascale Brillon remarque que l’expérience de la crise d’angoisse est très traumatisante pour certaines personnes. Les gens qui les ont vécues ont donc ensuite tendance à être hyper vigilants, à scanner constamment leur corps pour ressentir les signes avant-coureurs d’une crise. Ça devient omniprésent, ça ajoute de l’angoisse à l’anxiété.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi

  • Jusqu'au bout

  • Corde sensible