Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nicolas Ouellet
Audio fil du vendredi 8 mars 2019

L’importance d’avoir des entraîneuses en sport : le cas de la boxeuse Kim Clavel

Publié le

Les quatre femmes prennent la pose, le poing tendu.
(De droite à gauche) Sarah, Nathalie et Danielle forment l'équipe de la boxeuse Kim Clavel. Il s'agit de la seule ligue de boxe entièrement féminine au Canada.   Photo : Vincent Ethier / Eye of the tiger management

Si les projecteurs sont normalement tournés vers l'intérieur du ring, ce qui se passe autour est tout aussi intéressant. Gabrielle Côté a rencontré l'équipe de la boxeuse Kim Clavel, qui est probablement la seule au Canada – voire au monde – à être composée uniquement de femmes. La chroniqueuse est témoin de l'effet bénéfique qui vient avec le fait d'avoir un entourage féminin pour une athlète.

« Il y a des choses qu’elles peuvent comprendre, souligne Kim Clavel. Elles sont plus près de leurs émotions; elles comprennent aussi c’est quoi, les hormones [...]. » À ce sujet, Danielle, son entraîneuse, renchérit : « Communiquer entre femmes amène plus d’ouverture. Il y a une proximité psychologique qui est précieuse. »

Bénéfique pour les hommes aussi

Gabrielle Côté, qui a longtemps fait du hockey dans une équipe mixte, souligne que cette propension traditionnellement féminine à être ouvert à la vulnérabilité serait bénéfique pour tout le monde. Selon elle, si plus d’entraîneuses étaient en poste, même dans des sports uniquement masculins, les discussions autour des émotions dans les équipes seraient plus fertiles et acceptées.

Chargement en cours